Conférence du Lundi 9 mars 2009

Lundi 9 mars 2009 à 18h, AMPHI 6,

Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély, Nice(suivre le fléchage sur place)

Jean-Luc Gaffard, Professeur, Université Nice-Sophia Antipolis, Économiste et Jacques Lebraty, Professeur émérite des Universités, Nice-Sophia Antipolis, Sciences de gestion

« L’économie et la gestion sont-elles des Sciences ? »

Jean-Luc Gaffard : L’économie en question(s). La crise financière et économique que nous vivons est une occasion rêvée de remettre en cause le caractère scientifique de l’économie, non seulement de lui dénier toute capacité prédictive, mais plus fondamentalement de lui dénier la capacité de comprendre une évolution, des déséquilibres qui échapperaient à un entendement rationnel.

D’où vient la crise ? Était-elle évitable ? Comment faut-il y faire face ? sont pourtant des questions auxquelles l’analyse économique est capable de fournir des éléments robustes de réponse.

Pourquoi alors n’avoir pas eu la capacité de prévenir le désastre ? Tout simplement parce qu’il serait présomptueux d’imaginer que l’homme politique dûment conseillé par l’économiste puisse conduire sans heurts une société faite de millions d’individus mal et différemment informés, organisés en collectivités aux buts et dimensions variés sinon conflictuels.

Il appartient plus modestement, mais plus sûrement, à l’économiste d’énoncer les conditions difficilement mais parfois sinon souvent atteintes de stabilité d’un univers fondamentalement instable et de proposer les termes d’arbitrages nécessaires entre intérêts ou objectifs divergents auxquels les décideurs doivent procéder.

Jacques Lebraty : La question du caractère scientifique de l’économie ou de la gestion ne peut éluder le fait que ces disciplines sont des sciences humaines et pour cette raison relèvent de ce que l’on pourrait appeler un « constructivisme raisonné » fondé sur des représentations mais aussi sur un vécu historique.

La discipline « Sciences de Gestion » est née en France d’une réflexion sur la productivité des entreprises et sur ce que faisaient en ce domaine les États-Unis.

En s’affirmant elle a suscité une double interrogation concernant son identité et sa scientificité. Du premier point de vue, la reconnaissance institutionnelle de la discipline, l’existence de pères fondateurs et la production d’acquis spécifiques lui ont conféré une certaine autonomie.

Du second point de vue, confrontée à des critères tels que l’axiomatisation, ou la réfutabilité elle ne semble pouvoir prétendre qu’au qualificatif de science en gestation.

En réalité les Sciences de Gestion recouvrent un contenu dialogique où l’on voit bien se distinguer la gestion domaine de l’optimisation du management domaine de la créativité et du refus des règles du jeu. Cette distinction permet de résoudre la plupart des interrogations faisant de la question principale, la gestion est-elle une science, une question ambiguë. Finalement si la gestion peut être considérée comme une science, le management relève de l’art et exige une conscience à la hauteur du domaine sur lequel il s’exerce : l’être humain.


Image 7.png



Publicités

Une réponse à “Conférence du Lundi 9 mars 2009

  1. thia aurore

    la conference était très enrichissante cependant j’aimerai savoir comment on a accès au qcm pour les etudiants inscrits au uel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s